Rechercher dans ce blog

jeudi 15 décembre 2011

Maestricht, la jolie voisine...

Maestricht à travers les âges

Ce que le Liégeois moyen connaît de Maestricht est relativement réduit et varie selon les âges.

Pour les plus jeunes, ce sont les coffee-shops et leurs atmosphères libertaires;  pour les trentenaires, ce sont les nouvelles places, terrasses, boutiques de luxe et bars bobo branchés; pour les quincas et au-delà, ce sont les nombreux parkings facilitateurs de vie, les pistes cyclables, les piétonniers, le souvenir de d'Artagnan et les jours de marché. Et c'est vrai, Maestricht, notre tendre voisine, c'est tout cela à la fois et tellement plus ! 

Une ville qui bouge

Cette autre fille de Meuse qui a déposé sa candidature pour le prestigieux titre de capitale de la Culture 2018 vibre, ronronne, sommeille parfois, se souvient toujours et innove souvent et plus vite que nous. A travers ses musées contemporains, son immense zone piétonne, ses ponts, ses ruelles, ses réfections savamment pensées et transformées en lieux de culture, son histoire... Maestricht vit, quoi ! 

Maestricht pour les Liégeois

A travers le regard d'un touriste que le Liégeois n'est pas lorsqu'il  se rend chez sa petite soeur - à la fois si proche et si différente -, on a découvert des lieux insoupçonnés, des boutiques rigolotes, des musées magistraux, des "côtés pratiques" auxquels il fallait penser. Et d'abord, sachez-le, à Maestricht, on parle beaucoup moins français partout que par le passé. Signe du temps qui passe, des idées reçues ou oeuvre d'un repli sur soi ? On ne le saura pas, mais c'est ainsi. Cela n'enlève rien au plaisir de la parcourir à pied, à vélo ou en petit train. A Maestricht, on se sent chez nous à l'étranger sauf quand on passe commande au resto ou à la baraque à poissons. La mayo restera toujours un peu plus sucrée que la nôtre et leurs petits pains au lait ne seront pas toujours les bienvenus et, on ne comprendra pas toujours parfaitement ce qu'on nous répondra, biès' Liégeois que nous sommes à ne pas maîtriser comme il se doit la langue de Jacob Janssen et d'André Rieu, mais c'est ce qui fait le charme de cette cité, l'une des plus anciennes des Pays-Bas. Ce qui fait que là-bas, on n'est un peu en vacances ... à côté de chez soi