Rechercher dans ce blog

jeudi 15 décembre 2011

Ils ont marqué Maestricht ou Maastricht...

D'Artagnan, célèbre mousquetaire  y fut tué le 25 juin 1673 lors du siège de la ville lors de la guerre de Hollande. Une petite statue en son honneur se situe dans le parc municipal "Aldenhofpark". Mais une statue plus imposante est posée au pied des remparts de la ville.


la statue de d'Artagnan au Aldenhofpark


Le violoniste André Rieu y est né en 1949. Il est l'idole et fils prodige de la ville, son image est présente en de nombreux lieux. Fidèle à sa cité, il organise tous les ans de nombreux concerts spectacles sur la Vrijthof où se presse la grande foule parmi laquelle de nombreux Belges et Allemands de l'Euregio.


On retiendra encore l'un des premiers hommes politiques célèbres, Jacob Janssen né en 1742, le chimiste et physicien Peter Debye né en 1884, le coureur cycliste Fred Rompelberg né en 1945 ou, plus près de nous, le footballeur Boudewijn Zenden, né en 1976 qui a longtemps évolué dans les plus grands clubs européens.


Maestricht, Maastricht ? Le "ae" est une francisation du "a" long en vigueur sous la courte administration française. De nos jours, le double "aa" en vigueur dans le néerlandais académique contemporain prévaut sur le "ae" que l'on retrouvait beaucoup, par le passé, dans les noms de lieux flamands. Du temps où Louis Maraîte sévissait aux manettes de la Gazette de Liége, il aimait à réclamer à ses journalistes cette francisation de la ville. Finalement, nos voisins ne font-ils pas pareil avec nos propres noms propres! Un réflexe qui est resté. Mais qu'importe, Maes ou Maas, on se rend tous dans la même ville.