Rechercher dans ce blog

lundi 18 avril 2011

Bruxelles, ville verte et ses parcs

Nous n’allons pas en faire l’inventaire, ici, car ils sont très nombreux dans la région bruxelloise, d’origine et de style très différents. Quelques 8500 hectares (53 °/°) de surfaces vertes ou non bâties sont ainsi comptabilisés pour la région. La Promenade Verte, à elle seule, compte 65 kilomètres de parcours contournant l’ensemble de la région. Différents programmes de balades sont d’ailleurs établis et un récent ouvrage consacré à cet aspect de la ville est paru aux Editions Racine, « Bruxelles, ville verte, ville nature. A la découverte de la biodiversité urbaine » de Herman Dierickx.

Du côté des parcs les plus emblématiques de la ville, le Petit Sablon, contient les statues de Egmont et de De Horne, édifiés en 1844 sur la Grand’Place et installées trente ans plus tard au Sablon.

Petit Sablon

On y installe tout autour les statues des grands ancêtres de la Renaissance et de la Réforme. Véritable anthologie du 16e siècle, ce parc-jardin à la française est surmonté de 40 statuettes à la gloire des métiers bruxellois.

Non loin de là, le jardin discret du Palais d’Egmont se situe à côté de la résidence d’Egmont (1534) et des Ducs d’Aremberg (1750) et à l’arrière de l’Hôtel Hilton (Boulevard de Waterloo). Hôtel Hilton ayant par ailleurs été racheté fin 2010 et connaissant d’importants travaux de réaménagement ainsi qu’un changement de nom qui l’amènera à s’appeler à l’avenir, The Hôtel.

Le Palais d’Egmont, quant à lui, est de conception anglaise et de style paysager. On y trouve une élégante statue du Prince de Ligne, une autre de Peter Pan. L’orangerie du Château subsiste ainsi que la glacière. On y voit aussi un réservoir datant du Moyen Age et ayant été déplacé de la Galerie Ravenstein. C’est un lieu calme et serein doté d’arbres magnifiques, souvent plus que centenaires.

Quelques murs de l’ancienne abbaye des cisterciennes vers l’an 1200 y subsistent. Il contient la source du Maelbeek mais surtout de nombreuses constructions du 18e siècle, époque où la Forêt de Soignes le touchait. Le jardin est aménagé à la française et les bâtiments ont connu bien des locataires. En 1805 une filature de coton y fut installée. Quelques années plus tard, un dépôt de mendicité puis de 1872 à 1908, l’école militaire venant de la rue de Namur.

L’Institut Géographique National y est toujours installé ainsi que l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Communauté Française. Un superbe endroit qui mériterait d’être mieux connu.

Le Parc de Bruxelles est célèbre mais ce que l’on sait moins c’est qu’il renferme un buste de Pierre Legrand dissimulé dans un vallon près de la Place des Palais.

Parc de Bruxelles

On raconte que le Tsar après une soirée bien arrosée aurait été retrouvé à cet endroit endormi alors que sa disparition avait ému toute sa suite.

De l’autre côté du Parc, le Vauxhall, théâtre jamais terminé, le Cercle Gaulois, le Pavillon de style Napoléon III a été rénové à grands frais par un privé.

En bordure du Parc, se situe le Théâtre du Parc.


Tout autour du Parc de Bruxelles, de prestigieux immeubles accueillent le Palais Royal et en face le Palais de la Nation (Parlement), le Parlement de la Communauté française et sur les grands côtés les anciens immeubles de la Générale, société immobilière à l’origine et de banque.

Tout autour de nombreux hôtels de maître ont été transformés, notamment, en différentes ambassades et en cabinet ministériel (dont celui du Ministre-Président de la Région de Bruxelles Capitale).

Autres parcs
On pourrait évoquer les jardins du Botanique aménagés dès 1826, le Parc Josaphat (Schaerbeek) et son petit vignoble (récemment supprimé) le Parc de Wolvendael (Uccle) doté d’un pavillon rococo venu d’Amsterdam, le Parc Duden (Forest) qui fût la propriété d’un homme d’affaires allemand, celui du Tenbosch (Ixelles) ancienne propriété de la famille Solvay véritable écrin de verdure qui contient des essences précieuses d’Orient .

Le Parc Léopold (Etterbeck) où Solvay finança la construction des locaux et d’une bibliothèque destinée à l’ULB, le Mondanéum y était installé avant de déménager pour Mons.

Le Parc du Cinquantenaire avec, amusant contraste, le Pavillon des Passions humaines d’Eric Wauters et la grande mosquée, souvenir de l’exposition universelle dotée d’un minarets, le seul de Bruxelles, me semble-t-il.  Un peu en dehors de la ville, le Rouge Cloître à Auderghem, ermitage dès 1373 où, dans la suite Charles Quint, venait dit-on se reposer et chasser dans la forêt voisine.

Parc du Cinquantenaire
 
Le Parc Tournay-Solvay, propose sur 7 hectares de massifs arborés, une roseraie, un jardin botanique, un château en ruine, un Centre Régional d’Initiation à l’Ecologie (Tel :02 675 37 30), un centre mycologique (chercheurs et expositions de champignons) à côté de la Foret.

Le Bois de la Cambre, conçu par l’allemand Edouard Keilig et aménagé à l’anglaise, le Bois de la Cambre, lieu mondain et véritable poumon vert bruxellois, accueillait autrefois une laiterie, un vélodrome, un lac artificiel, un hippodrome et des promenades pour cavaliers.

Bois de la Cambre

De nos jours, les loisirs s’y diversifient mais ce lieu hautement fréquenté n’en reste pas moins un centre important d’activités : des manèges de chevaux, une patinoire, des activités de canotage, le Chalet Robinson, restaurant réaménagé en 2010 et la célèbre boite de nuit « Les Jeux d’Hiver » forgent la nouvelle personnalité du bois.

Ajouter à cela un évènement particulièrement important dans la vie des scoutes (les 24 heures vélo du Bois de la Cambre) au moment du printemps et vous obtenez alors l’esprit du « Bois » comme le dénomment les Bruxellois : un espace vert où chacun à sa place et pour lequel l’on vient quelquefois de bien loin.

Les Jardins Massart, avec plus de 2000 espèces végétales, dont 300 espèces de plantes médicinales et aromatiques, ces jardins botaniques Jean Massart permettent aux Bruxellois et aux touristes de se familiariser avec une flore parmi les plus variées de Belgique.

A l’aide de la vulgarisation scientifique, les chercheurs éclairent les visiteurs des jardins sur les merveilles qui les entourent, tout en continuant leurs travaux. Les lieux de recherche comptent des laboratoires de génétique, d’écologie végétale et de morphologie et ainsi qu’un centre climatique à même le jardin.

Les jardins vous accueillent du lundi au vendredi de 7h à 19h et l’entrée y est gratuite. 02 650 91 65

Jardins Massart

Parc Georges Henri connu pour ses expositions de sculptures et ses manifestations culturelles, il présente une grande diversité d’espaces. De ses fontaines à ses lieux de pique-nique, toutes les activités s’y exercent, passant de la marche à pied au skateboard alors que les pelouses de l’ancien cimetière donnent à tous un moment paisible pour se recentrer.

Le 1, Square Meudon (1200 Woluwe-Saint-Lambert) devient alors un lieu de détente, son aménagement typique des années 80 laisse place à toutes activités et au mélange de toutes les cultures, à l’image de la ville qui l’abrite.

Les Etangs Meillaerts dédiés d’une part à la pêche et d’autre part aux loisirs, donnent au lieu une population des plus variées. Les amoureux de la pêche et les adeptes des sports nautiques quittent leur étang respectif et se rassemblent à l’heure du déjeuner au Chalet, aujourd’hui transformé en une brasserie (« Brasserie des Étangs Mellaerts » -Boulevard du Souverain 275, 1150 Bruxelles –02 779 36 19) pour y prendre leur repas.

En plus des nombreuses distractions nautiques, ce précieux endroit est remarqué pour sa faune aquatique, comme de prairie, et sa flore cachées dans les berges des étangs. Cette biosphère recense nombre d’animaux et d’arbres remarquables.

Un lieu de détente idéal pour les promenades en plein air, un espace entre terre et eau qui rappelle des joies simples.

Extrait du Petit Futé de Bruxelles 2011